La Musique avant tout

La Landwehr dépose une première empreinte en 1804. On la désigne alors sous le nom de Corps franc. A l’époque, l’Acte de médiation de Napoléon Bonaparte oblige les cantons à créer des contingents militaires. Aux côtés de ces derniers prennent place des corps de musique. Car, depuis la nuit des temps, des musiciens arpentent les champs de bataille. Pour transmettre des ordres, exalter les troupes ou intimider l’ennemi. Cette composante militaire constitue historiquement La Landwehr. Depuis ses origines, l’ensemble fribourgeois a dû renaître plusieurs fois de ses cendres, à différentes époques, sous différents noms. La Landwehr a marché jusqu’à nous. Aujourd’hui sous le contrôle du Conseil d’Etat, elle ne se préoccupe plus de bataille ni de guerre, elle s’attache à la musique avant tout.


DSC_2540

Aussi longue soit l’histoire, aussi belles soient les réalisations et profonde la mémoire. Seul compte en définitive ce cœur emporté par le tourbillon des clarinettes, ce frisson qui monte jusqu’aux épaules quand l’harmonie imprègne l’air tout entier. La Landwehr est la Musique officielle de l’Etat et de la Ville de Fribourg. Ses premiers récits remontent à 1804. Les 90 instrumentistes qui la composent aujourd’hui marchent à la tête d’un long cortège de prédécesseurs. Ils partagent cet héritage qui fait des Fribourgeois un peuple de chanteurs et de musiciens. Cette conscience chevillée au corps, les Landwehriens font évoluer leur orchestre en catégorie excellence. Amateurs éclairés, ils ont pour devise l’harmonie et l’amitié. Si leurs uniformes – les mêmes que portaient les troupes fribourgeoises en 1858 – rappellent la richesse de leur passé, leurs souffles courent résolument vers l’avenir. Vers cette musique qui donne de l’élan, et parfois même des ailes, à tous ceux qui l’écoutent.

Par-delà les répertoires et les frontières

Sous la direction d’Isabelle Ruf-Weber, l’orchestre d’harmonie privilégie un répertoire large et varié. De grandioses pièces descriptives à la musique de rue, les musiciens ont l’occasion de solliciter l’ensemble de leurs capacités techniques et expressives. La Landwehr cherche à combler les attentes du public, mais elle souhaite également le surprendre en l’emmenant vers de nouvelles découvertes. Tout au long de l’année, elle a rendez-vous avec les spectateurs d’ici et d’ailleurs.

En tant qu’ensemble officiel, elle avive les cérémonies religieuses et les événements historiques qui marquent sa région: accueil des conseillers fédéraux fribourgeois de retour sur leurs terres après leur élection, assermentation des autorités politiques supérieures du canton, funérailles des personnalités fribourgeoises, participation aux deux dernières Fêtes des vignerons de Vevey, etc.

De même, elle est régulièrement invitée à l’étranger. La Landwehr revêt alors un véritable rôle d’ambassadeur pour Fribourg et pour la Suisse. Outre des pays européens, elle a joué en Iran, au Japon, en Chine, aux Etats-Unis, au Canada, en Argentine, en Australie. Dans une Croatie où la guerre faisait rage, elle est venue apporter des notes de paix. La Landwehr fut le premier corps de musique étranger à participer à la grande parade du Colombus Day, sur la Cinquième Avenue de New York. Elle fut aussi l’hôte d’honneur d’une audience de S.S. le pape Jean Paul II, de la Musique de la Guardia degli Carabinieri et de la Garde suisse pontificale. L’harmonie fribourgeoise a également participé aux festivités marquant le 700e anniversaire de la Principauté de Monaco, événement durant lequel elle fut décorée par le prince Rainier III. La Landwehr compte d’ailleurs le prince Albert parmi ses membres d’honneur.

 

mappe_monde_pantone_bleu

Du Carnegie Hall de New York au cimetière d’Arlington de Washington, du Sydney Opera House à la place Saint-Pierre de Rome, du Teatro Colón de Buenos Aires à l’Auditorium des Travailleurs de Beijing, La Landwehr a foulé les places et les salles les plus prestigieuses à travers le monde.

L’avenir lui réserve également de belles perspectives de voyages : après un concert de bienfaisance en faveur des pauvres du Pape François au Vatican en octobre 2015, elle sera sur le chemin du Costa Rica en août 2016 répondant à l’invitation du Gouvernement Costaricain, puis un nouveau dépaysement avec des concerts de gala en Inde en 2018.

Emmanuel Gavillet
Hangzhou 2009
Emmanuel Gavillet
Noël Aeby
Montréal 2006
Noël Aeby

Former les musiciens de demain

Pour ajouter d’autres pages à son histoire et continuer de faire résonner son répertoire, La Landwehr s’adresse aux jeunes également. Son Ecole de musique se destine aux enfants, sans limite d’âge minimal. Elle dispense une solide formation musicale avant le Conservatoire. Les plus grands ont ensuite la possibilité de rejoindre la Jeune Garde. Sous la direction de Joel Allred, cet ensemble, qui forme quelque 70 élèves, s’associe chaque année au concert de gala de La Landwehr.

Il se produit également à l’occasion de différentes manifestations dans le canton de Fribourg et ailleurs. En 2009, lors de l’assermentation des gardes suisses pontificaux à Rome, il a notamment accompagné le Gouvernement fribourgeois. Au fur et à mesure de leur progression, les membres de la Jeune Garde sont invités à enrichir les rangs de La Landwehr.

Une longue histoire

La Landwehr dépose une première empreinte en 1804. On la désigne alors sous le nom de Corps franc. A l’époque, l’Acte de médiation de Napoléon Bonaparte oblige les cantons à créer des contingents militaires. Aux côtés de ces derniers prennent place des corps de musique. Car, depuis la nuit des temps, des musiciens arpentent les champs de bataille. Pour transmettre des ordres, exalter les troupes ou intimider l’ennemi. Cette composante militaire constitue historiquement La Landwehr. Depuis ses origines, l’ensemble fribourgeois a dû renaître plusieurs fois de ses cendres, à différentes époques, sous différents noms. La Landwehr a marché jusqu’à nous.Aujourd’huisous le contrôle du Conseil d’Etat, elle ne se préoccupe plus de bataille ni de guerre, elle s’attache à la musique avant tout.

Sa directrice, Isabelle Ruf-Weber

Laurette Heim
Isabelle Ruf Weber
Laurette Heim

Après un diplôme d’institutrice et trois ans d’enseignement, Isabelle Ruf-Weber entame en 1985 une formation de directrice d’orchestre d’harmonie à la Haute Ecole de Musique de Lucerne. En 1989, elle obtient son diplôme de direction, ainsi qu’un diplôme d’enseignement de la flûte traversière.

Elle enchaînera par la suite un séjour d’étude en direction à l’Université du Michigan (USA), une formation de Maître de chapelle auprès de Sylvia Caduff à Lucerne, de nombreux cours de maîtres à l’étranger, ainsi qu’un diplôme postgrade à la Haute Ecole de Musique de Zurich auprès de Johannes Schlaefli.

Sur le plan artistique, c’est avant tout la diversité et l’ouverture qui prédominent, en témoigne la variété des orchestres qui l’ont vue à sa tête. Elle a dirigé notamment le Blasorchester Neuenkirch (1988-2013), l’Orchester Sursee (2000-2003) et l’Orchesterverein Malters (2003-2007). Elle est actuellement la directrice de la Landwehr de Fribourg depuis fin 2007.

Assurant la direction musicale et artistique du Stadttheater Sursee depuis la saison 2001/2002, elle en est de plus la directrice générale depuis janvier 2013.

En automne 2013, après douze heureuses années d’activité, elle quitte la direction musicale du Landesblasorchester Baden-Württemberg.

Par ailleurs, Isabelle Ruf-Weber prend part à de nombreux projets au-delà de nos frontières en tant que directrice invitée ou pédagogue musicale. Elle s’engage également dans la formation et la formation continue de directeurs et de jury. Ainsi, elle enseigne depuis l’automne 2006 à la Bundesakademie de Trossingen (Allemagne), en tant que professeur invité. Elle est également professeur de direction d’orchestre d’harmonie à la Haute Ecole de Musique de Lucerne depuis le semestre d’hiver 2009/2010.

C’est enfin très fréquemment qu’elle est sollicitée en qualité de jury pour les concours de musique ou de direction en Suisse comme à l’étranger.

L’Organisation de la Landwehr

Président
Alain Deschenaux
Vice-président et prestations extérieures
Romain Lang
Secrétaire général
David Krienbühl
Trésorier
Michel Magne
Communication et marketing
Martin Kopp
Président de la JGL
Frédéric Hertling
Responsable des affaires musicales
Sebastian Dorthe
Président
Olivier Andrey
Giorgio Aronna
Hans Bürger
Pierre Esseiva
Peter Götschi
Edgar Jeitziner
Pascal Kuenlin
Jean Müller
Raoul Philipona
Chantal Robin
Christianne Rosset
Alexandre Sacerdoti
Président
Sebastian Dorthe
Thomas Henkel
Paolo Morreale
Isabelle Ruf-Weber
William Schaller
Théo Schmitt
Thierry Wantz
Frédéric Zosso
Véronique Hertling
Délphine Verdon
Théo Schmitt
William Schaller
Quentin Pierret
Nicolas Gauderon

Suivre la Landwehr

Recevoir la Newsletter